Lettre ouverte

Pour une ville au rythme de la culture: Saint-Hyacinthe unie prend position

La semaine dernière, Mme Nancy Bélanger, directrice générale de Culture Montérégie, interpellait les candidatures de la scène municipale dans sa lettre ouverte : « Élections municipales 2021 : on prend position pour la culture ». Dans sa plateforme électorale, Saint-Hyacinthe unie prend position pour la culture, il s’agit même d’un axe-pilier de notre programme. Nous proposons un élan et souffle d’effervescence pour la culture dans notre ville, ce qui implique de se doter d’une vision : une véritable politique de développement des arts et de la culture, à l’instar de villes comme Repentigny ou Victoriaville, qui ont fait le choix de miser sur la culture et ses retombées économiques significatives, notamment sur le plan du tourisme d’agrément.

15 octobre 2021 — Marijo Demers

Réponse à l’organisme Culture Montérégie

La semaine dernière, Mme Nancy Bélanger, directrice générale de Culture Montérégie, interpellait les candidatures de la scène municipale dans sa lettre ouverte : « Élections municipales 2021 : on prend position pour la culture ». Dans sa plateforme électorale, Saint-Hyacinthe unie prend position pour la culture, il s’agit même d’un axe-pilier de notre programme. Nous proposons un élan et souffle d’effervescence pour la culture dans notre ville, ce qui implique de se doter d’une vision : une véritable politique de développement des arts et de la culture, à l’instar de villes comme Repentigny ou Victoriaville, qui ont fait le choix de miser sur la culture et ses retombées économiques significatives, notamment sur le plan du tourisme d’agrément.

L’une de nos priorités pour le monde des arts chez nous est de concrétiser le Pôle culturel et ses trois piliers : la nouvelle Médiathèque qui verra bientôt le jour, ainsi que le déménagement du Centre d’histoire et d’Expression dans leurs nouveaux espaces et ce, en optimisant le recours à des subventions des autres paliers gouvernementaux. Saint-Hyacinthe unie souhaite aussi que la culture se démocratise, en faisant la promotion d’une offre culturelle locale, régionale et aussi de proximité dans les quartiers, accessible et inclusive. Comment ? En étant, comme ville, une partenaire facilitatrice pour la mise sur pied de circuits d’art public et de tours patrimoniaux et en adoptant l’approche de « Saint-Hyacinthe, musée à ciel ouvert ». La ville de Trois-Rivières rencontre un succès fou avec son parcours couru de sculptures temporairement exposées dans un quartier résidentiel de la ville, dans cette approche de l’art au cœur du milieu de vie. Pourquoi pas nous ?

Être une ville partenaire et facilitatrice pour le monde des arts signifie aussi souplesse et flexibilité de notre part pour accueillir à bras ouverts le monde de l’événementiel et les rendez-vous éphémères qui font qu’une ville s’anime, vibre et que son cœur batte au rythme de la culture : c’est à ce titre que Saint-Hyacinthe unie souhaite développer la vitrine culturelle du centre-ville, que ce soit par l’utilisation de la Place des spectacles et le réaménagement de la Promenade Gérard-Côté, dans une vision de dynamisation de l’offre culturelle dans le calendrier annuel. C’est un signal d’ouverture qui est lancé ; trop souvent nous nous sommes fait répondre, en tournée de consultations : « c’est trop compliqué organiser un événement culturel ponctuel à Saint-Hyacinthe, nous avons abandonné, nous sommes allés faire notre projet ailleurs, dans une autre ville ».

Pourtant, nous savons que notre ville est loin d’être dépourvue d’attraits culturels et de forces vives du milieu artistique et nous pouvons nous enorgueillir d’une histoire riche et continue de vocation et d’expression artistiques : trois facteurs d’orgues et des organistes réputés qui ont fait la renommée maskoutaine, l’orchestre Philharmonique de Saint-Hyacinthe qui existe depuis 1879, nos lieux de diffusion artistique que ce soit le Centre des arts Juliette-Lassonde, le Zaricot, Expression, le 1855 ou encore des rendez-vous plus ponctuels comme Orange ou les Beaux Mardis de Casimir, sans parler des troupes de danse, de théâtre et de chant, et les nombreux étudiants qui choisissent le Cégep de Saint-Hyacinthe pour ses programmes d’études en cinéma, en arts visuels, en littérature et en théâtre. Pensons aussi à notre patrimoine bâti qui mérite d’être protégé et valorisé de manière rigoureuse et vigoureuse.

Cela dit, en préparation de notre plateforme électorale, notre consultation citoyenne et nos rencontres avec différents acteurs de la scène culturelle maskoutaine ont mis au jour un constat maintes fois répété : beaucoup de jeunes issus du milieu artistique local ou régional quittent définitivement Saint-Hyacinthe après leurs études ou leurs premières années de pratique, faute de débouchés et de visibilité, ici chez nous. Nous pouvons et nous devons contrer cette perte inestimable pour notre région. Le Conseil de la Culture de Saint-Hyacinthe offre, par le biais de son programme de bourses, un soutien à quelques artistes locaux qui se voient sélectionnés chaque année et c’est une initiative à conserver, mais elle ne suffit pas, à elle seule. En soutien accru de la municipalité et en voulant concrétiser ce nouveau souffle promis, Saint-Hyacinthe unie propose un incubateur culturel ayant pignon sur rue au centre-ville, hébergé dans l’un des nombreux bâtiments appartenant à la ville. Cet incubateur culturel sera destiné aux créateurs et artistes régionaux comme espace de co-création, d’atelier et de lieu de performance plus intimiste.

Notre volonté d’inscrire la culture dans nos priorités est inscrite dans nos gènes et va bien au-delà des mots. Différentes candidatures au sein de Saint-Hyacinthe unie ont inspiré nombre de nos engagements, de même que les consultations menées auprès d’acteurs du monde culturel local. Marc Bisaillon, Hernan Restrepo, Julie Marcotte, Odile Alain, Anne-Marie Saint-Germain sont des Maskoutaines et Maskoutains actifs et engagés dans le monde des arts, que ce soit comme réalisateur, scénariste, monteur, caméraman, administratrice bénévole, enseignante en arts plastiques ou en langue et littérature et j’en passe. Avant même de briguer les suffrages dans le cadre des élections municipales, ils étaient – et continuent d’être – de réels ambassadeurs de la culture d’ici.

Saint-Hyacinthe unie met de l’avant des propositions ambitieuses pour la culture et s’engage à les concrétiser en y accordant les ressources, l’énergie et l’ouverture nécessaires pour oser créer une effervescence et renforcer le sentiment d’appartenance au monde de la culture, accessible à tous. Cette culture que nous générons et cultivons, cette culture dont nous nous nourrissons.

Marijo Demers, candidate à la mairie pour Saint-Hyacinthe unie